FIRE and ICE by Ray Meeker

Des monolithes qu’on dirait faits de lave et de ciment, les sculptures d’un dieu en colère qui aurait fini par broyer sa propre création, les colonnes d’un temple retrouvé en une période post apocalyptique: le paysage composé par l’artiste Ray Meeker est une métropole cristallisée par un cataclysme, les vestiges d’un monument à une tragédie annoncée.

Fire and Ice, le titre de l’exposition, se réfère à  l’homonyme poème de Robert Frost dont  les deux premiers vers récitaient:

“Some say the world end in fire, Some say in ice.”

Le poème de Frost parlait d’amour et de haine, Ray nous parle de soin et de négligence, d’action et de réaction. Des conséquences du comportement de l’humain envers son habitat. Le monde est en flamme et la glace fond. En 1970, quand Ray Meeker se diplôme en céramique à  l’Université de Californie du Sud, le réchauffement climatique n’est pas encore au vocabulaire du discours sur la dégradation de l’environnement, les énergies renouvelables en sont a leurs premiers balbutiements. Ray se souvient: “J’observais ces dynamiques de consumisme, de surproduction, et de pollution qui en dérivait. J’exprimais cela en exposant d’énormes bennes de bulldozer en terre cuite sur lesquelles tous les continents de la terre étaient gravés au pochoir: les bennes devenaient la planète elle-même.

à  New York en 1944, il a deux ans lorsque sa famille se transfère dans la périphérie de los Angeles, à  l’époque une des villes les plus polluées des Usa. En compagnie de son père qui l’entraine dans de longs trekkings sur les montagnes californiennes, il développe une profonde relation avec la nature, loin de l’atmosphere saturée de smog de Los Angeles.

Fire and ice se compose de sculptures de diverses dimensions dont les plus petites semblent des fragments de météorites ou de lave refroidie tandis que les plus grandes, des sortes de pierres tombales, sortent manifestement d’une matrice humaine et sont marquées comme au fer rouge d’inscriptions fragmentées, en plusieurs langues et alphabets.

L’une de celles-ci, que Ray a fait traduire en hindi et en chinois,  “The american lifestyle is not up for negociations” exprime la position américaine sur le changement climatique à  la conférence de Rio en 1993. Mais notre mère la terre ne négocie pas, elle réagit – ajoute Ray.

Une autre de ces inscriptions qui appartiennent désormais à notre inconscient collectif est le premier vers de la comptine pour enfants Humpty Dumpty. “All the king’s horses and all the king’s men
Couldn’t put Humpty Dumpty together again.” L’oeuf brisé, c’est la terre.

Fire and Ice est une synthèse, un point d’équilibre et d’identification extrême entre la matière elle -même, l’artiste, et son sujet, que l’on retrouve dans l’ambiguité parfaite de textures capables d’ évoquer des roches millénaires, des bois fossiles ou calcinés, des produits de civilisations industrielles, l’acier, ou le béton, comme dans l’agglomérat des formes stratifiées, où l’on reconnait des os préhistoriques, des pièces de machine, et ces fragments de phrases en relief comme une condamnation. Comme un témoignage, comme un avertissement qui dirait:

Le futur de la terre n’est pas négociable, sculpté dans la glace, gravé par le feu.

Dominique Jacques / Centre d’Art Citadines , Janvier 2021