Photographie & Archives

Centre d’Art souhaite valoriser la photographie argentique et organise régulièrement des ateliers autour de ce thème. Le département des archives se concentre sur la collection de plus de quatre vingt quinze milles négatifs et diapositives de Dominique Darr.

Valoriser les archives photographiques relatant l’aventure d’Auroville depuis son inauguration en 1968 : sa construction, son développement architectural, l’implantation des communautés ainsi que la vie quotidienne dans tous ses aspects.

Jusqu’à présent, j’ai préservé avec soin ces archives en France ; elles sont le résultat de mon travail. Une des premières tâches du Centre d’Art à Citadines sera de trier, classifier et numériser ces documents, les préserver, les retoucher et les publier, ainsi que compiler des informations générales sur les conditions du développement de la ville à partir de Noël 1970.
Dominique Darr , Septembre 2010

Les archives du Centre d’Art consistent en près de quatre vingt quinze mille négatifs et diapositives de Dominique Darr, retraçant ses voyages au Japon, au Mexique, en Turquie, en Grèce, en Italie, sur le continent africain et surtout une documentation inestimable sur le développement d’Auroville depuis les années 1970.
La plupart des supports utilisés par Dominique Darr étaient des négatifs 35mm et 120mm ainsi que des diapositives couleur de 35mm. En plus de cela, l’archive comporte quelques milliers de photos argentiques, la plupart d’entre elles prises par Dominique Darr à Paris, ainsi que près douze mille photos numériques réalisées avec son appareil Nikon D300 qui sont ses dernières contributions aux archives.
Les archives contiennent aussi une partie de ses correspondances depuis 1973.
Tous les films et impressions sont entreposés dans une pièce climatisée avec une température constante et un contrôle de l’humidité.

Département numérique

Au cours des dernières années, des milliers de négatifs 35mm et de diapositives de l’archive de Dominique Darr des années 60 et 70, qui retracent l’histoire de la fondation d’Auroville et ses premières années, ont été numérisés.

Tous les fichiers digitaux sont enregistrés et traités par le programme Capture One, et identifiés par des légendes et des mots clé afin de faciliter les recherches. Avec le même soin apporté à la numérisation et à l’archivage de l’œuvre de Dominique Darr, le département numérique offrira au public dans le futur un service de digitalisation de pellicules et diapositives pour ceux qui souhaitent transformer et sauvegarder les vieilles images en fichiers digitaux selon des standards de définition et de qualité très élevés.

La numérisation des négatifs pour les convertir en images digitales est seulement une partie du service à disposition. Chaque image a, en outre, besoin de réparations et de corrections, car les pellicules souffrent beaucoup du passage du temps et sont généralement endommagées par la poussière, les rayures, ainsi que par la perte de couleur et de contraste.

Chambre noire

Une chambre noire pour le développement des pellicules et l’impression des photographies analogiques a été mise en place en 2020 dans les locaux du Centre d’Art. La photographie argentique a presque entièrement disparu de nos jours, supplantée par l’avènement de la technologie digitale et la diffusion des téléphones cellulaires. La plupart des photographes nés dans l’ère analogique ont dû se reconvertir, non sans regret, à ce nouveau medium.

La chambre noire a une double vocation :

  • C’est un formidable outil pédagogique qui permettra aux étudiants une majeure compréhension de ce qu’est la photographie analogique, et en particulier le travail sur et avec la lumière, à travers la maitrise de ses phases successives.
  • Elle pourra être également utilisée par des artistes professionnels ayant délibérément choisi la photographie analogique comme moyen d’expression, comme par des amateurs désireux de se familiariser avec un univers nouveau et ancien à la fois.